RouenForum.com, le forum de toute l'agglo rouennaise!


 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Pour avoir accès à tous les sujets, votre inscription est nécessaire, cliquez ICI


Partagez | 
 

 Politique de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 57
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Politique de la ville   Sam 22 Sep - 11:46

Fadela Amara se veut la ministre des cages d'escalier

VAULX-EN-VELIN, Rhône - Il faut la chercher pour la trouver, toute menue dans son tailleur pantalon sombre, aux côtés de Christine Boutin, son ministre de tutelle, qui monopolise la parole et l'attention des caméras.

Discrète mais déterminée, Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la politique de la ville, cherche à imposer son style.

A Vaulx-en-Velin, commune de la banlieue lyonnaise en passe de réussir sa rénovation, le déplacement des deux femmes du gouvernement Fillon accompagnées d'un aréopage d'élus locaux n'est pas passé inaperçu jeudi et vendredi.

La ministre du Logement de la Ville, Christine Boutin, marche devant, pose les questions, encourage, félicite, Fadela Amara se faufile derrière.

Mais elle intervient lorsque la visite les mène à une association de médiation familiale qui accueille notamment des femmes victimes de violence, un de ses sujets de prédilection.

Elle tend une main directe et se présente d'un simple "Fadela". "Quel genre de violence subissent-elles ici ? Quelles solutions leur apportez-vous ?".

Un peu plus loin, Fadela Amara est attendue avec impatience par un groupe de jeunes chefs d'entreprise installés pour leur début dans une pépinière d'entreprises.

Lynda et Sofia présentent leur activité avec émotion, se font prendre en photo avec la secrétaire d'Etat, classée à gauche et fondatrice de l'association "Ni Putes, ni soumises".

"C'EST PAS BOUTIN QU'ON ATTENDAIT"

"Nous, c'est pas Boutin qu'on attendait, c'est Fadela !" confie Lynda Maouchi, 34 ans, jeune vaudaise d'origine algérienne à l'allure moderne.

Elle ne cache pas son enthousiasme. "Pour nous les femmes des cités, Fadela, c'est une icone, comme Rachida Dati. Ce sont des modèles, ce sont des femmes des cités qui sont arrivées à un certain niveau, alors pour nous c'est très encourageant, on se dit si elles sont arrivées, alors, nous aussi on va y arriver".

Son amie Sofia Al Echcheikh, 30 ans, voilée de noire, mère de quatre enfants et elle aussi chef d'entreprise dans le domaine de l'informatique, renchérit.

"Rachida et Fadela, c'est génial ce qu'elles font. Ici, on se projette en elles, quand on voit ce qu'elles font on a envie d'abattre des arbres et on y arrive, même si ce n'est pas facile pour les filles de Vaulx-en-Velin".

Au pied de la cité, elle est reconnue par des mères de famille dans un square. "Fadela, tu habites toujours dans ton HLM?". Réponse : "Oui, bien sûr, il n'y a pas de raison que je change, les voisins sont sympas, à moins qu'on me vire."

Jeudi, la secrétaire d'Etat à la politique de la ville s'était rendue à Oullins, cette fois seule et presque incognito.

Dans une école, longtemps désertée et aujourd'hui appréciée grâce à l'investissement des enseignants et des parents d'élèves, elle écoute, prend des notes, demande si elle peut donner leur exemple à copier dans d'autres écoles de cités.

"Ce n'est pas Fadela qui parle aux banlieues, il s'agit de créer une mobilisation nationale, que chacun devienne acteur de cette politique de la ville", dit-elle à ses interlocuteurs.

"Il est difficile d'avoir vécu les émeutes de 2005, il faut condamner les violences, mais aussi écouter ce cri de souffrance, c'est pour ça que je veux être la ministre des cages d'escalier, j'ouvre un blog, je sais que ce n'est pas la norme, mais il faut une rupture avec les pratiques politiques habituelles", ajoute-t-elle.

INCOGNITO OU PRESQUE

Dans les rues du quartier, elle se déplace loin des attroupements et bains de foule provoqués par les passages de sa collègue Rachida Dati à laquelle on la compare.

Elle est néanmoins interpellée par les passants d'origine maghrébine, donc certains n'hésitent pas à la tutoyer. "Madame Amara ? Je suis algérien", lui lance un vieil immigré. "Alors on a les mêmes origines. Vous êtes d'où ? Moi, c'est la petite Kabylie" répond la ministre. "Je sais", lui dit le vieil homme.

Plus loin, dans une HLM, elle est attendue dans un appartement du quatrième étage, par une famille et ses voisins.

"A chaque visite officielle, elle va chez un particulier, elle veut entendre d'autres sons de cloche que le discours des institutionnels et des associations", explique une de ses collaboratrices.

Elle s'enfonce dans un grand canapé, à côté de la grand-mère de la famille, 86 ans. Les deux femmes parlent en arabe. On fait tourner les jus d'orange et les gâteaux secs. La fille de la famille filme l'entrevue d'une demi-heure sur son caméscope.

"Je ne savais pas que tu étais aussi charmante", lui dit le chef de famille arrivé en 1964 en France et aujourd'hui à la tête d'une petite entreprise.

_________________

Mon portrait par Sébastien Bailly responsable du site internet du Paris Normandie
Ma nouvelle passion: la peinture (page8)
Retrouvez moi sur Viadeo
Retrouvez moi sur FaceBook
Retrouvez moi sur OVS Rouen
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 57
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: Politique de la ville   Sam 13 Oct - 9:54

Fadela Amara exclut de démissionner du gouvernement

PARIS - La secrétaire d'Etat à la Ville Fadela Amara a exclu samedi de démissionner du gouvernement même si le texte autorisant le recours à des tests ADN pour la vérification de filiation des candidats à l'immigration familiale était adopté.

"Si l'amendement est confirmé, oui, je resterai. (...) Je n'ai jamais pensé à démissionner du gouvernement", a-t-elle déclaré sur France 2. Elle assure n'avoir "reçu aucune pression de l'Elysée ou de Matignon" pour partir.

Adopté en première lecture à l'Assemblée puis au Sénat dans une version modifiée, le projet doit maintenant passer mardi devant une commission mixte paritaire entre les deux assemblées, composée de sept députés et sept sénateurs, en vue d'une éventuelle adoption définitive et pour le choix du texte final.

L'Elysée et Matignon continuent d'appuyer ce texte qui, selon eux, permet de lutter contre la fraude à l'état civil imputée aux candidats à l'immigration dans le cadre du regroupement familial.

Les déclarations de Fadela Amara qualifiant de "dégueulasse" ce qui constitue à ses yeux une exploitation du thème de l'immigration ont suscité la réprobation d'une partie de la majorité UMP et provoqué le premier incident grave dans la politique d'ouverture du gouvernement à des personnalités de gauche.

"Je quitterai ce gouvernement si jamais je sens que je ne suis pas capable de mener la responsabilité au bout des objectifs que je me suis fixés, à savoir, changer la situation en banlieue. Si j'ai cet échec, je lâche", a dit Fadela Amara.

Elle a toutefois maintenu ses réserves sur la politique du gouvernement où elle siège. "Ces derniers temps, j'en ai un peu marre qu'on dise tout et n'importe quoi à propos de l'immigration".

Elle doit rencontrer lundi au siège de l'UMP Thierry Mariani, le député UMP à l'origine du texte et peut-être Brice Hortefeux, ainsi que Patrick Devedjian, secrétaire général de l'UMP.

Entretemps, dimanche, au Zénith de Paris, est prévu un rassemblement d'artistes et de personnalités contre "l'amendement ADN", qui suscite l'opposition à gauche, comme à droite, où Dominique de Villepin et même Charles Pasqua ont exprimé leur hostilité. Ce dernier a toutefois voté la version modifiée du texte.

_________________

Mon portrait par Sébastien Bailly responsable du site internet du Paris Normandie
Ma nouvelle passion: la peinture (page8)
Retrouvez moi sur Viadeo
Retrouvez moi sur FaceBook
Retrouvez moi sur OVS Rouen
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
 
Politique de la ville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Politique de la ville - Les Larris et la Redoute quartiers prioritaires
» Urbanisme et politique de la ville - Le pataquès des régionales 2015
» Portail officiel de la ville du Havre - Demande d'actes
» Le Politique selon Platon
» Ville de Rouen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RouenForum.com, le forum de toute l'agglo rouennaise! :: Discussions générales :: Politique-
Sauter vers: