RouenForum.com, le forum de toute l'agglo rouennaise!


 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Pour avoir accès à tous les sujets, votre inscription est nécessaire, cliquez ICI


Partagez | 
 

 LE BLOC NOTE DES ELUS SOCIALISTES ROUENNAIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 57
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: LE BLOC NOTE DES ELUS SOCIALISTES ROUENNAIS   Dim 1 Avr - 21:09

LE BLOC NOTE DES ELUS SOCIALISTES ROUENNAIS
au conseil municipal, au conseil général et au conseil régional


Lundi 26 mars 2007

La SNCF a encore bien du chemin à faire pour répondre aux attentes des usagers

Des usagers excédés par les retards continuels sur la ligne Rouen-Paris ont créé un blog pour faire part de leur exaspération. Ils y ont mis de l'humour en détournant le logo de la SNCF. (http://xmo.blogs.com/train_train_quotidien/)
Mais la SNCF n'a rien trouvé de mieux à faire que de porter plainte pour cette utilisation détournée du logo. Valérie Fourneyron a réagi ains,i devant cette déplorable attitude, auprès des usagers en colère :
"La réponse de la SNCF sur ce qu’elle qualifie de détournement d’image traduit, sur la forme, un réel manque de dialogue que je regrette dans le contexte actuel de la ligne Rouen-Paris.
Cette réaction intervient alors que la Région, dépassant son strict cadre de compétence vient de montrer son attachement fort à l’amélioration de cette liaison en débloquant des crédits très conséquents :
- pour les trains, qui par leur manque de fiabilité causent actuellement une part importante des retards : achat de rames TER à 2 niveaux de grand confort pour la liaison Rouen-Paris ; remise à neuf des rames Corail pour la desserte Paris-Le Havre ; modernisation des anciennes rames à 2 niveaux « orange et marron ». L’ensemble de cet investissement se monte à 235 millions d’euros et la mise en service aura lieu en 2009-2010 compte tenu des délais de fabrication et modernisation.
- sur les horaires devenus inadaptés aux besoins : la Région a obtenu l’engagement de la SNCF à mettre en place le cadencement des horaires de l’ensemble de la Normandie en décembre 2008.
- pour pallier la saturation des infrastructures: la Région a obtenu l’inscription au Contrat de Projet Etat-Région 2007-2013 d’un montant de 143 millions d’euros pour moderniser la ligne Paris-Le Havre en Haute-Normandie, dont 60 à la charge de la Région, et participera également à hauteur 32 millions pour adapter les infrastructures entre Mantes et Paris.

La Région refuse pour autant de signer un « chèque en blanc » à la SNCF. L’entreprise devra s’engager par contrat avec la Région sur une amélioration réelle des indicateurs de qualité comme la ponctualité ou l’information et les réponses apportées aux usagers.
Je déplore que la Présidente de la SNCF ne semble pas avoir pris la mesure de ces réalités. En dédaignant aussi manifestement les usagers de cette ligne. En amusant les élus de la droite d’un courrier sans engagement et en négligeant le Président de Région dont l’engagement au profit du ferroviaire est pourtant aujourd’hui démontré."

Mardi 27 mars 2007

Rencontre politique organisée par la CORPO des étudiants en médecine

L’association qui regroupe les étudiants en médecine de la faculté de Rouen a fait le choix d’interpeller les partis politiques dans le cadre de la campagne des présidentielles. Une formule astucieuse avait été proposée par la Corpo : les étudiants demandaient aux partis politiques de leur poser une question, s’engageaient à la traiter et invitaient ensuite chaque parti à réagir à leurs propositions.
Nous nous sommes donc retrouvés, le 21 mars denier, à la tribune d’un des amphis de la faculté devant 300 étudiants ; il y avait là, sous la présidence du professeur Biga et en présence des Prs Lechevallier et Duparc, responsables des enseignements et représentant le doyen, un représentant de tous les partis politiques représentés au conseil régional (choix fait par l’association), sauf le Front National qui était le seul absent : Radical de gauche, PS, PC, Verts, UDF, UMP. Avait également été invitée la présidente nationale des associations d’étudiants en médecine.
6 questions étaient à notre ordre du jour, centrées sur les modalités actuelles des études de médecine, la sélection en fin de première année, le numerus clausus, les choix géographiques d’installation pour les futurs généralistes, les choix au moment de l’internat entre médecine générale et spécialités et au sein des spécialités...
Un rapporteur étudiant présentait les réflexions issues d’un groupe de travail sur chaque point et les représentants des partis répondaient à tour de rôle : parfois technique mais souvent politique au sens le plus large et le plus noble du terme, le débat a été animé, passionnant et surtout d’excellente tenue.
Les étudiants avaient formulé des propositions écrites, mises en forme et remises aux différents partis ; les débats les ont élargies et discutées. Contrairement à des positions démagogiques comme celles de Bruno Devaux : « souhaitez-vous, vous, futurs généralistes, être payés au même tarif que les spécialistes ; levez la main » ! ! ! le débat a permis aux futurs médecins d’exprimer leur intérêt pour un exercice de la médecine justement pas centré uniquement sur des préoccupations financières (même si celles-ci doivent être prises en compte) mais aussi, voire principalement, sur des préoccupations d’exercice au sein de maisons de santé pluriprofessionnelles permettant de rompre l’isolement des médecins, de partager les contraintes des gardes et de la permanence des soins mais aussi de partager une prise en charge globale des patients avec les autres professions de santé (paramédicaux par exemple) et également avec des intervenants sociaux. Ce projet est d’ailleurs inscrit dans les 100 propositions de Ségolène Royal.
Qu’il s’agisse des choix entre médecine générale et spécialités ou des choix d’installation sur le terrain, la tension entre liberté individuelle et besoins collectifs est réelle ; les étudiants ont montré leur maturité en acceptant d’en parler et d’en mesurer le poids, même s’il paraissait souvent difficile à leurs yeux de se faire imposer des choix de carrière ou de lieux de vie dont ils ne voudraient pas.
Bref un débat riche, sérieux et qui a évité la langue de bois comme les effets démagogiques, sauf exception !

Mercredi 28 mars 2007

Un comportement inquiétant pour la démocratie

On ne peut qu'être frappé de stupeur en lisant le communiqué de la société des journalistes de France 3, rapportant les propos et le comportement de N.Sarkozy avant un entretien télévisé sur cette chaîne.
" Nicolas Sarkozy se verrait-il déjà à l'Elysée ? Trépigne-t-il déjà en s'imaginant bientôt disposer des pleins pouvoirs ? Sans doute grisé par les sondages,(…) le candidat UMP s'est récemment laissé aller à une petite crise d'autorité dans les locaux de France 3. Une sorte de caprice régalien que l'on croyait appartenir à d'autres temps, ceux de la vénérable ORTF. M. Sarkozy a en effet menacé de « virer » notre direction. Comme ça, sur un coup de tête. Parce qu'elle n'a pas daigné lui dérouler le tapis rouge et accourir immédiatement à sa rencontre lorsqu'il est venu, le 18 mars dernier, participer à l'émission France Europe Express, présentée par Christine Ockrent.
A peine arrivé, le Ministre-candidat se laisse d'abord aller à quelques grossièretés, (…)
Ensuite, le voici vexé de devoir attendre dans les couloirs de France 3 pour être maquillé, d'autres invités occupant déjà les lieux (et oui, France 3 ne dispose que d'une salle de maquillage). Coupable de ce «crime de lèse-Sarkozy », voici notre direction sur la sellette. "Toute cette direction, il faut la virer », a lâché le candidat UMP, comme le rapporte le Canard Enchaîné du 21 mars 2007. « Je ne peux pas le faire maintenant. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Ca ne va pas tarder ». Les Français sont désormais prévenus ! L'une des priorités de Nicolas Sarkozy s'il est élu président de la République sera de couper des têtes à France 3. A la trappe ces directeurs qui tardent à exécuter les courbettes.
Le Ministre-candidat avait déjà habitué notre rédaction à ses poses agacées, à ses humeurs dans nos locaux, face à une rédaction qui ne lui semble manifestement pas suffisamment docile. (…)
La Société des Journalistes de la Rédaction Nationale de France 3 ne peut qu'être scandalisée par une telle attitude de la part d'un candidat à la plus haute magistrature de France. Nous nous inquiétons que M. Sarkozy puisse afficher sans aucune gêne un tel mépris pour l'indépendance des chaînes de service public.
Non, monsieur Sarkozy, les journalistes de la Rédaction Nationale de France 3 ne sont pas et ne seront jamais vos valets. Ils résisteront à toute menace pesant sur leur indépendance. Si nous devons des comptes, ce n'est pas à un ministre-candidat, mais aux millions de téléspectateurs, qui regardent chaque jour nos journaux d'information. Par respect pour eux, pour leur intelligence, nous n'accepterons jamais aucune forme de mise sous tutelle politique. Ni de votre part, ni de la part d'aucun autre candidat.(…)
La Société des Journalistes de France 3. Le 23 mars 2007 "

Il est étonnant que ce communiqué n'ait pas suscité davantage d'indignation de la part de tous les médias nationaux. Chacun devrait se souvenir en effet du licenciement du directeur de la rédaction de Paris Match, à la demande de Sarkozy, pour avoir publié une photo qui n'avait pas plu au ministre!

Samedi 31 mars 2007

La ville de Rouen dans l’antiquité

Conférence passionnante organisée par le Centre de Recherches Archéologiques de Haute Normandie, ce samedi à l’hôtel des sociétés savantes, donnée par Madame Lequoy, conservateur en chef du patrimoine, et consacrée à la ville de Rouen dans l’antiquité.
Revenir en arrière sur l’histoire de notre ville a été permis grâce aux fouilles successives : les toutes premières datent de la fin du XVIII ième siècle autour de la rue des fossés Louis VIII à l’occasion de la construction d’une fabrique de sucre. Puis au moment du percement (1860 / 1870) des rues Jeanne d’Arc (rue de l’impératrice), de la rue de la République (rue impériale) et Jean Lecanuet. C’est enfin Louis de Glatigny qui entre les deux guerres réalise le 1er inventaire archéologique sur le cadastre napoléonien, document de référence, avant que Guy Dubois dans un travail solitaire impressionnant s’attèle à la reconstruction de Rouen dans les années 70.
Mais ce sont surtout les premières fouilles de sauvetage à la période des derniers grands travaux dans la ville qui ont permis de mieux connaître notre histoire antique. Place du vieux marché, chantier du tunnel St Herblan, place de la haute vieille tour, cour d’Albane, espace du palais et surtout station de métro palais de justice qui a permis, grâce à un travail continu sur 18 mois, de faire de nombreuses découvertes.
Les 3 nécropoles dont St Gervais, la plus importante qui s’étendait le long de ce qui est aujourd’hui la rue du renard, sans doute à l’époque sortie principale de la ville. L’emplacement du forum, des thermes, du centre commercial. L’amphithéâtre excentré long de 130 m d’est en ouest, l’esplanade monumentale à proximité du port. Le port créé de façon contemporaine à la ville avec des quais datés précisément en moins 4ième ou moins 5ième siècle avant JC grâce à des poteaux en chêne. De grandes demeures avec une mixité constante à Rouen de maçonnerie et de bois. Enfin des remparts successifs à la fin du 3ième siècle puis à l’époque carolingienne.
Devant un auditoire passionné, MC Lequoy concluait sur « beaucoup reste à faire à partir de ces découvertes encore partielles, mais d’ores et déjà ces éléments sont essentiels pour la gestion urbaine future de la ville et les risques à prendre en compte sur telle ou telle parcelle ».

Dimanche 1er avril 2007

La semaine du développement durable oubliée par Rouen

Fin 2006, il avait secoué les politiques avec son pacte écologique. Nicolas Hulot avait sollicité les candidats à la présidentielle à la signature de ce document portant sur 10 objectifs, 5 propositions dont la création d’un vice Premier ministre chargé du développement durable, l’instauration d’une taxe carbone, une politique nationale de sensibilisation et d’éducation à l’écologie…
Aujourd’hui, il relance sa démarche à l’occasion de la semaine du développement durable.
Partout en France les initiatives se sont multipliées pour sensibiliser aux enjeux de la planète.
Débats, expositions, dont une à l'hôtel du département sur la biodiversité et les espaces naturels sensibles, concours d’affiches pour les collégiens… avec l’AREHN et l'association Cardère, les associations des usagers des transports collectifs, du vélo…et toutes les grandes et moins grandes collectivités mobilisées, sauf une : la ville de Rouen !
Il faut dire que sur ce sujet, la municipalité a plutôt intérêt à se faire oublier. Ainsi par exemple, l'agenda 21 lancé en décembre dernier est surtout un prétexte pour essayer de faire connaître une candidate UDF aux législatives.
Pas étonnant que les candidats de droite, UMP, UDF, forment la queue de peloton de la notation de l’association Alliance pour la planète dans le cadre des projets présidentiels.


Ce bloc-notes a été rédigé par Emmanuèle Jeandet-Mengual, Valérie Fourneyron et Yvon Robert.

N’hésitez pas à envoyer ce message à toutes les personnes qu’il pourrait intéresser. N’oubliez pas que vous pouvez abonner gratuitement vos amis à la lettre d’information Rouen – Groupe socialiste sur le site web www.rouen-groupesocialiste.com Merci.

_________________

Mon portrait par Sébastien Bailly responsable du site internet du Paris Normandie
Ma nouvelle passion: la peinture (page8)
Retrouvez moi sur Viadeo
Retrouvez moi sur FaceBook
Retrouvez moi sur OVS Rouen
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
 
LE BLOC NOTE DES ELUS SOCIALISTES ROUENNAIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [résolu]Question d'alignement
» La note de synthése.
» le bloc identitaire
» “Vive la crise” – Dix arguments et orientations par Philippe Milliau ( Bloc Identitaire)
» Les courses de taxi devront désormais faire l'objet d'une note dès que le prix de la course atteint 25 euros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RouenForum.com, le forum de toute l'agglo rouennaise! :: Sujets locaux :: Agglo de Rouen :: Rouen-
Sauter vers: