RouenForum.com, le forum de toute l'agglo rouennaise!


 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Pour avoir accès à tous les sujets, votre inscription est nécessaire, cliquez ICI


Partagez | 
 

 2ème tour Présidentielles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Pour qui pensez-vous voter au 2ème tour ?
Nicolas Sarkozy
40%
 40% [ 4 ]
Ségolène Royal
50%
 50% [ 5 ]
Vote blanc ou nul
10%
 10% [ 1 ]
Total des votes : 10
 

AuteurMessage
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Mar 1 Mai - 18:39

Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Mar 1 Mai - 18:43

«M. Sarkozy, ce n'est pas le Général de Gaulle», brocarde Ségolène Royal

PARIS - «M. Sarkozy, ce n'est pas le Général de Gaulle», a lancé mardi Ségolène Royal, qui a accusé son rival de l'UMP de vouloir «connaître à nouveau un mai 68 pour y remettre de l'ordre».

«Il veut sans doute remonter les champs-Elysée, mais Bercy, ce n'est pas les Champs-Elysées», a expliqué la candidate socialiste, répondant ainsi aux attaques de Nicolas Sarkozy contre les valeurs de mai 68, lors de son discours de dimanche à Bercy. «Doc Gynéco, ce n'est pas André Malraux, François Mauriac, ce n'est pas Bernard Tapie. M. Sarkozy, ce n'est pas le général de Gaulle.»

«Il faut garder son calme, son sang froid et réformer la France avant qu'elle ne se soulève», a-t-elle prévenu après avoir dit sentir aujourd'hui «une même forme de colère qui gronde» qu'en mai 1968. «La société d'alors voulait le dialogue et la participation, on lui a répondu par la force», a-t-elle rappelé.

«Moi, je ne souhaite pas que la France parvienne à cet état de blocage pour précisément susciter, comme en mai 68, des révoltes (...) qui ont tout bloqué tout simplement parce que le pouvoir en place refusait d'écouter et refusait de redistribuer les richesses des trente glorieuse.»

«Il y en a eu des dégâts dans les entreprises pour que finalement, comme cela n'était que justice, les salaires furent augmentés, les syndicats dans l'entreprise furent reconnus la gestion des universités fut modernisée, les libertés publiques furent élargie et les femmes eurent accès à la contraception et à l'IVG», a rappelé Ségolène Royal.
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Mar 1 Mai - 18:45

D'internet à Charléty, mobilisation tous azimuts à gauche


PARIS - SMS en rafales, mailings généralisés, appels d'intellectuels en faveur de Ségolène Royal et grand "concert pour la victoire": la gauche sonne la mobilisation générale à six jours du second tour.

Lundi, la candidate socialiste a reçu le soutien sans équivoque de José Bové après avoir rencontré la semaine dernière Arlette Laguiller et Dominique Voynet et - symbole du grand écart nécessaire pour conjurer l'arithmétique du premier tour - débattu samedi pendant près de deux heures avec François Bayrou.

Chargé d'une mission sur la "souveraineté alimentaire" et les relations Nord-Sud, le candidat altermondialiste, qui a recueilli 1,32% des voix le 22 avril, a appelé les électeurs à ne pas s'abstenir le 6 mai et à faire le bon "choix de société".

"J'affirme qu'il y a pour notre pays nécessité de choisir: ou on est dans une société du vivre ensemble ou on est dans une société du conflit permanent, de l'opposition systématique" qu'incarne à ses yeux Nicolas Sarkozy.

Cinq ans après le 21 avril, le Parti socialiste se souvient d'avoir manqué la marche de très peu en 2002, Lionel Jospin ayant été éliminé dès le premier tour pour moins de 200.000 voix.

Cette année, estime un conseiller de la candidate, il y a "500.000 voix à faire changer", soit "deux points d'écart" dans les sondages avant le deuxième tour.

Sur le modèle de l'Espagne, le PS espérait pouvoir engranger un million d'adresses internet pour diffuser des messages de mobilisation jusqu'à la dernière minute.

Au dernier comptage, l'équipe de campagne de la candidate disposait de 350.000 noms à qui quatre à cinq mails sont désormais envoyés tous les jours.

Parallèlement, depuis deux mois, l'équipe de campagne diffuse tous les jours des messages écrits par téléphone portable pour annoncer l'agenda de la journée, diffuser une phrase-clé de la candidate ou une consigne de mobilisation.

Ségolène Royal elle-même, via une base de données informatique, envoie environ un SMS toutes les 48 heures vers 2.000 grands élus du PS, membres du Bureau national ou partenaires de la campagne et 20.000 personnalités.

WOODSTOCK BIS?

Lundi, Libération et le Nouvel Observateur ont publié deux appels parallèles d'intellectuels de gauche appelant à voter pour Ségolène Royal, d'Aimé Césaire à Jeanne Moreau en passant par le spécialiste des médias Dominique Wolton au généticien Axel Kahn.

Dans la dernière ligne droite, l'avant-dernier meeting de Ségolène Royal, à Paris, a été transformé en grand concert gratuit, qui doit se dérouler mardi au stade Charléty.

"C'est notre Woodstock à nous", s'est amusé le chanteur Cali, citant une "guest list évoluant d'heure en heure" mais qui compte déjà Benabar, Yannick Noah, Miossec, Renaud, Michel Delpech, le slameur Grand Corps Malade, de nombreux rappeurs ou encore les Têtes raides.

"Une programmation à faire pâlir les 20h30 de TF1", a plaisanté l'acteur Yvan Le Bolloch, qui arborait une chemise rose étincelante et une brosse à dents dans la poche.

Deux jours après le meeting parisien du candidat de l'UMP, au Palais omnisports de Bercy, il table sur "35.000 à 40.000 personnes".

Le réalisateur serbe Emir Kusturica a fait savoir qu'il s'associait à l'évènement, intitulé "grand concert de la fraternité", qui doit durer près de quatre heures. "Donc ça dépasse les frontières", s'est réjoui l'agent artistique Dominique Besnehard, proche de la candidate.

A l'heure où Nicolas Sarkozy renouvelle ses critiques sur le mouvement estudiantin et ouvrier de mai 1968, le lieu n'a pas été choisi au hasard. Le 27 mai 1968, les étudiants non communistes et les forces de gauche y avaient organisé un grand rassemblement, auquel avaient participé entre 30.000 et 50.000 personnes.

"C'était houleux", s'est souvenu Georges Moustaki lundi. Le candidat de l'UMP "s'en prend à une période de ma vie et de la vie de ma génération qui (...) était très importante au niveau des libertés qui ont été conquises (...) De vouloir les occulter, de vouloir les combattre c'est un crime de lèse-liberté", a dénoncé le compositeur du "Métèque".

"C'est une grande fête populaire, mais c'est aussi un événement profond en terme de valeurs, d'humanité, de fraternité, de vivre ensemble, et aussi de gaieté, d'énergie", a déclaré la candidate qui doit prendre la parole vers 18h30 et qui a remercié les artistes qui se sont "spontanément mobilisés".

"L'objectif c'est, pendant qu'on peut encore, se taper sur les cuisses et rigoler entre collègues", a déclaré, l'air grave, l'acteur Yvan Le Bolloch. Dans l'espoir d'une victoire de Ségolène Royal dimanche, il n'a "pas prévu d'émigrer en Suisse" même s'il "aime les sports d'hiver et les grosses cylindrées" -- comme Johnny Hallyday, qui soutient Nicolas Sarkozy.
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 10:07

Plus de 20 millions de téléspectateurs pour le débat


PARIS - Le débat de mercredi soir entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy a rassemblé en moyenne plus de 20 millions de téléspectateurs, annoncent TF1 et France 2, les deux coproducteurs de l'émission.

La confrontation télévisée a été regardée en moyenne par 20.064.720 personnes, avec un pic d'audience global à 21h45 de 23,1 millions de téléspectateurs pour les deux chaînes réunies.

Le débat était également retransmis par France-24, ainsi que par de nombreuses radios et sur internet.
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
normy
Restez sympa, je suis un nouveau membre!


Féminin
Nombre de messages : 19
Age : 43
Ville : rouen
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 12:00

FredHook a écrit:
Plus de 20 millions de téléspectateurs pour le débat


PARIS - Le débat de mercredi soir entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy a rassemblé en moyenne plus de 20 millions de téléspectateurs, annoncent TF1 et France 2, les deux coproducteurs de l'émission.

La confrontation télévisée a été regardée en moyenne par 20.064.720 personnes, avec un pic d'audience global à 21h45 de 23,1 millions de téléspectateurs pour les deux chaînes réunies.

Le débat était également retransmis par France-24, ainsi que par de nombreuses radios et sur internet.


Cela ne m'étonne pas du tout... et c'est plutot rassurant de voir que la population prenne les élections au sérieux!
bon de là a ce que ces 20 M fassent le bon choix dimanche prochain... c'est autre chose!!!
lol!
Revenir en haut Aller en bas
LaurentVDBK (gromove.fr)
Pilier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1178
Age : 46
Ville : Sotteville-lès-Rouen
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 12:20

J'ai trouvé Ségo très déteminée, sûre d'elle, dynamique et ferme. Elle est, bien plus que ce que j'imaginais, apte pour "son futur poste". Quand a Sarko, je lui ai trouvé un air de petit chien abattu qui répond a sa mémère. Plus serieusement, il ne maitrise visiblement pas tous les sujets, et il est un peu trop poli pour être honnête (genre "je vous en prie Mme Royal, continuez...").
Mais si je me place d'un point de vue objectif, je ne pense pas que ce débat n'ai servi a grand chose. Aucun élécteur n'a pu changer d'avis vu la neutralité de ce débat, quand aux indécis, a mon avis ils vont le rester...

_________________

Mon photo-blog : www.gromove.fr"
Revenir en haut Aller en bas
http://gromove.over-blog.com/
normy
Restez sympa, je suis un nouveau membre!


Féminin
Nombre de messages : 19
Age : 43
Ville : rouen
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 12:48

gromove a écrit:
J'ai trouvé Ségo très déteminée, sûre d'elle, dynamique et ferme. Elle est, bien plus que ce que j'imaginais, apte pour "son futur poste". Quand a Sarko, je lui ai trouvé un air de petit chien abattu qui répond a sa mémère. Plus serieusement, il ne maitrise visiblement pas tous les sujets, et il est un peu trop poli pour être honnête (genre "je vous en prie Mme Royal, continuez...").
Mais si je me place d'un point de vue objectif, je ne pense pas que ce débat n'ai servi a grand chose. Aucun élécteur n'a pu changer d'avis vu la neutralité de ce débat, quand aux indécis, a mon avis ils vont le rester...

Moi j'ai dire franchement, j'étais plus qu'indécise avant et je le suis encore lpus après...
Au contraire, ségo je l'ai trouver plus que déterminée... j'avais comme l'impression qu'elle c'était préparée pour lui "rentrer" dedans . Pour une femme, j'ai trouvé qu'elle avait vraiment un manque de correction pour l'interrompre sur tout... et lui le pauvre à chaque qu'il a essayé de lui couper la parole elle ne le loupait pas.. ce n'est pas pour le défendre car je n'adhère pas non plus à ces propositions (ça c'est un autre débat...) il a eu du cran... moi je aurai envoi bouler ségo dès le début... c'est peut-être parce que je suis une femme que je raisonne comme cela!!!
Revenir en haut Aller en bas
LaurentVDBK (gromove.fr)
Pilier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1178
Age : 46
Ville : Sotteville-lès-Rouen
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 13:57

Et c'est parce qu'elle est une femme qu'elle se montre a la hauteur !

_________________

Mon photo-blog : www.gromove.fr"
Revenir en haut Aller en bas
http://gromove.over-blog.com/
Lucyfer
Habitué(e)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 65
Age : 35
Ville : Sotteville les Rouen
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 15:57

Et bien moi, j'ai trouvé que Ségolène Royal n'a vraiment pas été correcte, du début à la fin, en coupant la parole à son concurrent à tout bout de chant, en ne respectant pas le temsp de parole de l'autre et en devenant même agressive sur un sujet ou elle avait tord (nombre d'enfants handicapés scolarisés : contrairement à ce qu'elle a affirmé hier, ce nombre a doublé passant de 89 000 en 2002 à 160 000 en 2006).
Lui a été plsu que correct, jamais une pointe de méchanceté ! Comme d'habitude il a été clair et précis sur tous les sujets !
Elle pour plus de la moitié des sujets : je ne sais pas, je ferais appel aux syndicats, je ferais appel au pleuple, je verrais avec les services concernés ! C'est bien elle a réponse à tout cette candidate à la présidentielle !
Voilà ce n'était que mon avis !
Revenir en haut Aller en bas
normy
Restez sympa, je suis un nouveau membre!


Féminin
Nombre de messages : 19
Age : 43
Ville : rouen
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 16:29

Lucyfer a écrit:
Et bien moi, j'ai trouvé que Ségolène Royal n'a vraiment pas été correcte, du début à la fin, en coupant la parole à son concurrent à tout bout de chant, en ne respectant pas le temsp de parole de l'autre et en devenant même agressive sur un sujet ou elle avait tord (nombre d'enfants handicapés scolarisés : contrairement à ce qu'elle a affirmé hier, ce nombre a doublé passant de 89 000 en 2002 à 160 000 en 2006).
Lui a été plsu que correct, jamais une pointe de méchanceté ! Comme d'habitude il a été clair et précis sur tous les sujets !
Elle pour plus de la moitié des sujets : je ne sais pas, je ferais appel aux syndicats, je ferais appel au pleuple, je verrais avec les services concernés ! C'est bien elle a réponse à tout cette candidate à la présidentielle !
Voilà ce n'était que mon avis !

Tout à fait d'accord avec toi! je l'ai trouvé agressive et arrogante
Revenir en haut Aller en bas
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 18:26

Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 18:27

Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 19:17

Les candidats poursuivent leur duel à distance(Europe1, 03/05/2007, 18h31)
Poster sur mon blog Messenger Envoyer par email 2 extraits audio 257 commentaires L'affrontement entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal se poursuit à distance au lendemain d'un duel télévisé à vif, avec une première conséquence, attendue : François Bayrou ne votera pas pour le candidat de l'UMP. "Je ne voterai pas pour Sarkozy", a déclaré l'ex-candidat centriste après avoir regardé le débat, révèle jeudi Le Monde, sans préciser s'il optera pour Ségolène Royal ou un vote blanc.
Premier effet du débat télévisé entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, l'annonce par François Bayrou qu'il ne votera pas pour le candidat de l'UM. Le candidat centriste, qui détient les clés du second tour de l'élection présidentielle avec ses 6,8 millions d'électeurs, s'était refusé à donner une consigne de vote au lendemain du premier tour, rendant à ses électeurs leur liberté. Selon les instituts de sondage, son électorat se reporterait plus sur la candidate socialiste que sur le président de l'UMP, mais la part d'indécis reste importante. Le président de l'UDF estime que Ségolène Royal, très pugnace mercredi soir face à un Nicolas Sarkozy calme et pondéré mais parfois décontenancé, "s'en est plutôt bien sortie", selon Le Monde, qui prend parti pour la candidate socialiste. "Sa victoire lui donnerait l'autorité pour engager ce travail de réinvention indispensable. C'est un pari. Pour le pays, il mérite d'être tenté", écrit le directeur du quotidien, Jean-Marie Colombani, dans un éditorial. A l'aune du débat de mercredi soir, regardé par plus de 20 millions de téléspectateurs, il salue la "force de caractère, armée pour tous les combats" de Ségolène Royal. Le député UDF européen Jean-Marie Cavada a jugé pour sa part que Nicolas Sarkozy avait "tiré les marrons dans cette affaire". "On s'attendait à ce qu'il soit un peu énervé - il a fait plus cool que moi tu meurs. Ségolène Royal a montré beaucoup de pugnacité. Au fond, on a du mal à dire qui est vainqueur qui ne l'est pas", a-t-il nuancé, reflétant l'égale satisfaction partagée par les deux camps et les appréciations contrastées de la presse française. Nicolas Sarkozy a minimisé l'influence du débat sur le scrutin de dimanche, pour lequel les sondages le donne favori avec 51% à 53% des voix. "Je ne pense pas que tout se joue sur un débat aussi médiatique soit-il. C'est assez méprisant pour les Français de dire ça et de penser ça", a-t-il dit. "Dans l'histoire de la Ve République jamais un débat n'a été dirimant". Le débat, point d'orgue de la campagne présidentielle, a été marqué par de nombreux accrochages entre les deux candidats sur la sécurité, le nombre de fonctionnaires, la semaine des 35 heures, l'énergie nucléaire... "J'ai été un peu étonné parfois d'une certaine agressivité de Mme Royal mais enfin ... C'était peut-être d'ailleurs volontaire, c'était peut-être une stratégie de sa part", a commenté Nicolas Sarkozy. Ségolène Royal a notamment tenté de déstabiliser le candidat de l'UMP en faisant montre d'une colère maîtrisée à propos de la scolarisation des enfants handicapés.Elle a accusé les gouvernements de droite d'avoir "cassé" le dispositif qu'elle avait mis en place et taxé d'"immoralité politique" Nicolas Sarkozy, qui venait de proposer la création d'un "droit opposable" pour la scolarisation de ces enfants. "J'ai trouvé que c'était quand même une forme d'intolérance", a dit le candidat de l'UMP. Le ministre de la Santé, Philippe Bas, a accusé jeudi dans un communiqué Ségolène Royal d'avoir "asséné des contrevérités", soulignant que "160.000 enfants handicapés ont été scolarisés à la rentrée 2006", contre "90.000" en 2002. Ségolène Royal a revendiqué sur France Inter "une colère saine" et a de nouveau joué la mouche du coche à l'égard de son adversaire. "Monsieur Sarkozy s'est sans arrêt situé en posture de victime alors qu'il a porté les coups les plus rudes", a-t-elle déclaré. "Ça fait penser à ces enfants qui donnent des coups de pied et qui se mettent à crier les premiers pour faire croire que c'est le petit voisin qui a porté le coup". Selon un sondage Opinion Way pour LCI et Le Figaro, 53% des Français ont jugé Nicolas Sarkozy plus convaincant que Ségolène Royal (31%).
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 19:28


Son chemin est pavé de bonnes intentions... :) :) :)
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 20:45

Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 20:59

Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Jeu 3 Mai - 21:26

Lionel Jospin appelle à faire barrage à Nicolas Sarkozy


PESSAC - A trois jours du second tour de la présidentielle, l'ex-Premier ministre socialiste Lionel Jospin appelle les électeurs de François Bayrou à faire barrage dimanche à Nicolas Sarkozy.

"La seule suggestion que je puisse faire à François Bayrou et à ceux qui ont voté pour lui, est celle-ci: compte-tenu des dénonciations que vous avez formulées sur les méthodes de Nicolas Sarkozy, sur sa conception du pouvoir, je ne lui faciliterais pas l'accès à ce pouvoir", a-t-il lancé devant près d'un millier de personnes réunies salle Bellegrave à Pessac, en Gironde.

Les électeurs qui se sont portés au premier tour sur François Bayrou pourraient "le regretter, parce que, surtout, ce serait néfaste pour la France", a estimé Lionel Jospin.

Pour l'ancien Premier ministre, Ségolène Royal a eu raison de "déclarer vouloir rassembler tous 'les Républicains de progrès', pas seulement contre Nicolas Sarkozy mais pour un changement politique et une action nouvelle."

Lionel Jospin a évoqué les cinq années "de pouvoir de la droite" marquées par une "dégradation économique", un "désordre social", un "affaiblissement international".

"Quand monsieur Sarkozy, pour les besoins de sa cause, parle d'une France exaspérée, oublie-t-il que cette France est dirigée par lui et ses amis ?", a-t-il lancé sous les applaudissements.

Pour lui, le président de l'UMP qui "parle de rupture" est "le symbole même de ces années d'échecs".

Lionel Jospin a estimé que Nicolas Sarkozy "serait un président autoritaire et démagogue et provoquerait des tensions dans notre pays."

Il a rejeté toute idée de "diabolisation" ou même de "haine" de l'ancien ministre de l'Intérieur, mais a évoqué "une réelle inquiétude à son égard" illustrée par "la violence de certains de ses propos, sa propension à la démagogie et au clientélisme".

Il a défini ce que serait une "présidence Sarkozy" qui mettrait en oeuvre une "politique économique et sociale encore plus brutale et injuste qu'actuelle" et une "concentration sans précédent du pouvoir dans les mains d'un seul homme".

Lionel Jospin y prévoit un "Premier ministre transformé en simple directeur de cabinet du président", un "parti godillot à l'Assemblée nationale", une "remise en cause de l'indépendance de la justice", un "interventionnisme constant dans les médias" ainsi qu'une "indifférence à l'égard de l'Europe" et une "trop grande docilité à l'égard des Etats-Unis."
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Ven 4 Mai - 9:17

Ségolène Royal appelle à faire mentir les sondages


PARIS - Ségolène Royal appelle les Français à voter massivement dimanche pour faire mentir les sondages qui la donnent perdante face à Nicolas Sarkozy à deux jours du second tour de l'élection présidentielle.

"Venez massivement aux urnes et venez faire mentir les sondages", a déclaré la candidate socialiste sur RTL lors d'un dialogue avec les auditeurs.

Interrogée par un journaliste sur ses projets en cas de défaite, elle a répondu : "Arrêtez de conditionner vos électeurs sans arrêt, arrêtez de vous laisser formater par les sondages, laissez les électeurs choisir !".

"J'espère que je vais gagner, je crois que les choses ne sont pas faites, il ne faut pas que les électeurs se laissent assommer par les sondages", a-t-elle ajouté.

"Moi, je leur demande d'abord de venir voter massivement et aussi de se révolter contre cette façon de faire qui consiste à dire que puisque les sondages ont parlé, les urnes ont parlé", a expliqué Ségolène Royal.

Selon la candidate socialiste, "il reste deux jours, il y a beaucoup de choses qui peuvent se passer, les Français réfléchissent encore, il y a des gens encore indécis, des électeurs encore qui s'interrogent".

"Dans la part d'électeurs qui se disent indécis ou hésitants, il y a là une marge de manoeuvre pour faire gagner la France et je veux que la France gagne avec les valeurs que je défends", a-t-elle expliqué.

"Aujourd'hui, je vous demande de vous mobiliser, d'ouvrir les yeux, de regarder la confrontation d'un projet contre un autre", a déclaré Ségolène Royal.

"La France n'a pas besoin de plus de violence, de Français opposés les uns contre les autres, la France a besoin de se redresser en mobilisant ce qu'il y a de meilleur dans l'être humain", a-t-elle ajouté.
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Ven 4 Mai - 17:27

« Je m'appuierai sur la majorité la plus large possible »

Au lendemain de son débat télévisé musclé avec Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal a reçu « le Parisien » et « Aujourd'hui en France ». Elle explique ce qu'elle fera si elle est élue dimanche soir.




AU LENDEMAIN de son face-à-face télévisé avec Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal apparaît hier matin, dans son quartier général du boulevard Saint-Germain à Paris (VIIe arrondissement), tranquille et déterminée. Tranquille comme une candidate qui, non contente d'avoir le 22 avril accédé au second tour, a fait mercredi soir devant tous la démonstration de sa pugnacité, elle que beaucoup jugeaient incompétente et d'abord fragile. Déterminée comme une femme qui se sent, au final, poussée par une « vraie ferveur populaire » et croit toujours, n'en déplaise aux sondages, qu'elle peut gagner sur le fil dimanche. Alors que François Bayrou a confirmé hier qu'il ne voterait pas Sarkozy, elle rêve de disposer à l'Assemblée, au-delà des clivages habituels, de « la majorité la plus large possible ». « Avec moi, martèle-t-elle, visant implicitement son rival, il n'y a aucun risque. Vous avez tout à gagner... » Réponse dimanche à 20 heures.

Quel est, chez vous, le sentiment dominant après le débat télévisé de jeudi soir ?
Ségolène Royal.
J'ai défendu mes idées.

Vous n'avez aucun regret ?
On a toujours des regrets après un débat, parce qu'on n'a pas dit tout ce qu'on aurait voulu dire. Mais, globalement, ce débat a été éclairant sur le choix qui s'offre dimanche aux Français entre deux projets de société, deux visions de la France.

Comment vous est apparu Nicolas Sarkozy ?
Sur la défensive. Et, parfois, j'ai eu l'impression qu'il était en difficulté. Je pense notamment à nos échanges sur la sécurité, l'environnement, le nucléaire, la scolarisation des enfants handicapés. Ce dernier sujet est, pour moi, révélateur d'un certain comportement politique dont les Français ne veulent plus.

Nicolas Sarkozy dit qu'il vous a trouvée agressive...
C'est son habitude de se sentir agressé dès qu'on n'est pas d'accord avec lui. Or, c'est simplement le débat politique qui doit être mené avec conviction et passion. Car je crois profondément à la politique.

Vous, vous n'estimez pas avoir été agressive ?
Non, j'ai rempli mon rôle. Avec la volonté qu'on comprenne qu'avec moi, les intérêts des Français seront bien défendus et que je ne me laisserai pas faire.

Votre stratégie était, à vos yeux, la bonne ?
Je voulais que ce débat montre clairement quel est l'enjeu de dimanche et notamment en quoi Nicolas Sarkozy est responsable du bilan du gouvernement actuel. Je voulais aussi montrer la démagogie de certaines de ses propositions. Ainsi, après avoir visité un foyer de femmes battues sans papiers, il leur a promis la régularisation. Comme je n'imagine pas que le propos ne valait que pour ce foyer-là - ou alors l'impartialité de l'Etat serait remise en cause - ,vous imaginez jusqu'où sa promesse peut conduire ! D'autant qu'il a promis aussi un autre jour la nationalité française à toutes les femmes martyrisées du monde. Ce qui doit représenter au moins 200 millions de personnes ! Soit Nicolas Sarkozy promet n'importe quoi, soit il n'est pas responsable. Combien de promesses, en réalité, pourrait-il tenir ? Sûrement pas ses promesses d'allègements fiscaux, qui dépassent de loin ce que Margaret Thatcher a fait en dix ans de pouvoir et qui conduirait à la ruine des services publics. Et puis son programme est rempli d'injustices. Je ne citerai que le bouclier fiscal, qui consiste à rembourser une partie de l'impôt des plus riches contribuables, comme cette riche héritière qui vient de récupérer plus de 7 millions d'euros.



Un échange a beaucoup frappé. Nicolas Sarkozy vous a reproché de perdre vos nerfs et vous lui avez répondu qu'il y a des indignations, même pour un chef d'Etat, sincères et saines...


C'était un temps fort, oui. Je porte des convictions. Je ne suis pas dans le calcul. Le sort réservé aux élèves handicapés à l'école ne peut laisser personne indifférent. J'avais imposé l'accueil des enfants trisomiques à l'école maternelle et, aujourd'hui, le gouvernement est revenu en arrière et on ne veut plus d'eux : est-ce que cette situation scandaleuse, cette souffrance des familles ne méritent pas du coeur et de l'indignation ?


« On n'imposera pas d'en haut, par la loi, une extension des 35 heures »


Mercredi soir, l'échange sur le nucléaire a été plutôt confus...


J'apporte une précision : le pourcentage de 17 % que j'ai évoqué représente la part du nucléaire dans la totalité de l'énergie consommée, et non la part de l'électricité produite par le nucléaire. Quant aux 50 % que Nicolas Sarkozy a cités, cela ne correspond à rien. Sur le fond, il ne sait ni que l'EPR, c'est la troisième génération du nucléaire, ni que les gisements d'uranium risquent d'être épuisés d'ici quelques dizaines d'années. Même sur le nucléaire iranien, il n'a pas maîtrisé le sujet, car, aujourd'hui, ce n'est pas le nucléaire militaire qui est en cause : la prolifération s'organise à partir du nucléaire civil.


Sur les 35 heures, vous avez dit qu'il n'y aurait pas généralisation automatique...


Une des révélations du débat a été l'acceptation par Nicolas Sarkozy de ce que les 35 heures constituent désormais en France la durée légale du travail, sur laquelle il ne reviendrait pas. Soit les 35 heures sont nocives à l'économie, comme le disent le Medef et le candidat sortant, et il faut qu'il ait le courage politique de les supprimer. Soit c'est un acquis social et une mesure qui a créé de l'emploi, comme je le crois, et il faut les défendre, même s'il faut tirer des leçons pour mieux faire.


Vous, vous avez admis que la deuxième loi sur les 35 heures avait été, pour le moins, brutale...


J'ai dit que la deuxième loi avait été précipitée et qu'il n'y aurait pas demain de généralisation des 35 heures aux PME sans accord des partenaires sociaux, branche par branche.


Cela veut dire quoi ?


Cela veut dire que le débat sera ouvert et que, s'il n'y pas d'accord, on n'imposera pas d'en haut, par la loi, une extension des 35 heures.


Y a-t-il encore aujourd'hui un vrai clivage droite-gauche sur les 35 heures ?


Non, puisque Nicolas Sarkozy s'est aligné sur ma position !


Vous avez aussi indiqué qu'il n'y aurait pas de régularisation systématique des sans-papiers...


Je le confirme. Les régularisations auront lieu sur des critères. Mais dans des conditions honnêtes : nous ne dirons pas, nous, avant l'examen des dossiers, combien il y aura, à l'arrivée, de personnes régularisées en créant autant de drames humains. Avec moi, les règles seront claires.


« J'ai trouvé Nicolas Sarkozy désinvolte »


Vous avez évoqué le cas de cette policière violée en Seine-Saint-Denis alors qu'elle regagnait son domicile après son service. Vous auriez souhaité qu'elle soit raccompagnée...


J'ai trouvé Nicolas Sarkozy désinvolte. D'autant que ce viol atroce avait été précédé, en mars, au même endroit, d'un autre viol. Et aucune disposition concrète de protection n'avait été prise entre-temps. Dans les quartiers ultrasensibles, je considère qu'il faut raccompagner la nuit les femmes policières - et peut-être même tous les policiers -, comme cela se fait déjà au Québec. On peut imaginer qu'une patrouille puisse faire un détour pour les redéposer chez elles.


Certains vous reprochent, à propos des enfants handicapés, d'avoir surjoué la colère...


La capacité d'indignation d'un responsable politique sur une telle question est une qualité et non pas un défaut. Je ne veux pas qu'on exploite la misère des gens pour faire de la commisération. Or, Nicolas Sarkozy donne de plus en plus dans ce registre. Il imite George W. Bush dans cette technique du compassionnel conservateur. On pleure sur les gens. On utilise les faits divers et, lorsqu'on est aux responsabilités, on n'agit pas pour le présent et on promet pour demain. Voyez les campagnes électorales de Bush, mais, quand il y a eu la catastrophe de La Nouvelle-Orléans, on ne l'a pas vu sur le terrain !


Il y aurait un parallèle entre Bush et Sarkozy ?


Il porte la même idéologie néoconservatrice. Il n'hésite pas à envisager de démanteler les services publics, alors qu'on a tant besoin d'infirmières, d'enseignants. Moi, je suis pour redéployer, pour bouger, mais pas pour supprimer.


Qu'auriez-vous envie de dire à ceux qui hésitent encore ?


Depuis des mois, il y a eu une campagne orchestrée par la droite mettant en doute ma compétence, voire m'accusant de fragilité. Je pense que le débat a permis de rétablir la vérité aux yeux de tous les Français. Tous ceux qui me connaissent le savent : je suis une femme solide, au clair sur mes convictions, capable de défendre les intérêts de la France. Aux indécis, je dis donc : « Ayez confiance. La France sera bien présidée et ses intérêts défendus. »


« Le seul sondage qui vaille, c'est le vote des Français »


Vous insistez sur le fait que vous souhaitez être la présidente d'une France apaisée. Vous suggérez qu'avec Nicolas Sarkozy, le pays connaîtrait des turbulences, voire des troubles ?


Je souhaite rassembler une majorité de Françaises et de Français sur mon pacte présidentiel et sur les valeurs de liberté, d'égalité, de fraternité et de laïcité. Je ne fais pas, comme Nicolas Sarkozy, de procès d'intention. Je pense, en effet, que ses propositions - qui consistent à privilégier toujours une catégorie au détriment des autres, à chercher en permanence un bouc émissaire, à ne pas être respectueux des Françaises et des Français, bref à jeter de l'huile sur le feu comme on l'a vu avec l'emploi de mots violents comme Kärcher - divisent et ne peuvent pas ramener la sérénité et la confiance dont nous avons besoin. La fermeté, ce n'est pas des mots, mais des actes !


Votre première décision dimanche si vous êtes élue ?


Ma première décision sera de constituer la meilleure équipe gouvernementale pour la France. Et, après, d'agir vite.


Le Premier ministre sera-t-il, comme l'assure François Hollande, socialiste ?


C'est l'hypothèse la plus probable, mais je ne m'interdis rien.


Quel sera votre premier chantier ?


Celui des emplois tremplins pour les jeunes. Je réunirai tout de suite les présidents de région et je leur dirai de mettre en place tout de suite, en concertation avec l'Etat et les chefs d'entreprise, le premier volet du plan prévu pour cinq ans et qui doit conduire à la création de 500 000 emplois. Sans oublier les contrats première chance pour les jeunes sans qualification. Et puis nous réunirons très vite la conférence nationale sur les salaires pour décider rapidement de la revalorisation du smic, des petites retraites et aussi des bas salaires afin que la hiérarchie des salaires ne soit pas écrasée. Il faut redonner confiance aux acteurs économiques de notre pays et faire repartir la croissance. Je m'y engage. Et puis je préparerai la rentrée scolaire pour que, dès septembre, la priorité éducative soit une réalité.


« Avec moi, vous avez tout à gagner »

Tous les sondages disent que Nicolas Sarkozy va gagner...


Ah, les sondages ! Pour moi, le seul qui vaille, c'est le vote des Français. A ceux qui n'ont pas encore choisi, je dis : « Avec moi, il n'y a aucun risque, vous avez tout à gagner. » La France, si je suis élue, sera une France rayonnante et confiante dans son avenir. Je m'appuierai sur la majorité la plus large possible, car il faut sortir de l'affrontement bloc contre bloc. Je travaillerai avec tous ceux qui m'ont soutenue ou dont les idées convergent largement avec mon projet. Je tiendrai compte du vote des Français. Et notamment de celui qui s'est exprimé au premier tour. On ne peut pas faire comme si François Bayrou n'avait pas réuni sur son nom plusieurs millions d'électeurs. Une démocratie moderne, c'est aussi cette capacité à sortir de l'affrontement systématique.


Si vous êtes élue, avec quel partenaire européen souhaitez-vous établir en premier le contact ?


Tout de suite, avec la chancelière allemande Angela Merkel. A cause de l'Europe qu'il faut relancer.
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Ven 4 Mai - 17:48

Ségolène Royal jette ses dernières forces dans la bataille

ROSPORDEN, Finistère - A quelques heures de la fin de la campagne officielle, Ségolène Royal a jeté vendredi ses dernières forces dans la bataille présidentielle, attaquant comme jamais auparavant son adversaire de droite, un "danger" à ses yeux pour la démocratie et la République.

Pour son ultime étape de campagne, la candidate socialiste a sillonné la Bretagne, entre Lorient et Brest, terres démocrate-chrétiennes où François Bayrou a réalisé de très bons scores au premier tour.

Face au "matraquage" des sondages, la première femme à avoir une chance d'accéder à l'Elysée a appelé les Français à "rester debout" pour ce "dernier combat" qui oppose la "morale politique" aux "mensonges" et aux "affabulations" de la droite.

"Il reste deux jours pour rester debout (...) pour saisir notre bulletin de vote (...) Dressez-vous contre tous les systèmes (...) Dressez-vous pour une France forte (..) Dressez-vous pour la lumière!", a-t-elle lancé, exaltée, lors d'une réunion publique à Lorient à la mi-journée.

"Refusez l'esprit de revanche, refusez tous les mensonges et toutes les haines! En avant! Nous pouvons gagner, nous allons gagner!", a-t-elle assuré dans une ambiance survoltée.

"C'est sur vous que je compte. Le candidat de la droite est un danger pour l'unité de la République, pour la paix sociale, pour les services publics", a-t-elle déclaré un peu plus tard sur la place du village de Rosporden, où elle venait inaugurer le nouvel Hôtel de ville.

Quatre études d'opinions publiées entre jeudi soir et vendredi midi la donnent largement perdante, de six à neuf points derrière le candidat de l'UMP - une "variation brutale" à la baisse que Jean-Louis Bianco, co-directeur de campagne ne s'explique pas.

Etant donné qu'il y a "10 à 15% des électeurs qui décident à la dernière minute", il estime que "cela va se jouer sur les ultimes impressions, les ultimes images d'où l'importance de cette journée" montée à la dernière minute.

"Elle lâche tout", concède-t-il avant de s'amender. "Elle ne reprend pas du poil de la bête, elle ne l'a jamais perdu..."

"Quand j'entends la droite dire que les carottes sont cuites, je trouve ça indécent!", s'est insurgée Ségolène Royal à Lorient. "Je dis aux électeurs: 'c'est à vous de décider, ce n'est pas aux sondages!'".

"BONJOUR NOUS SOMMES LA!"

Sûrs de la victoire, Michèle Alliot-Marie, Jean-Louis Borloo et François Fillon se disputeraient déjà Matignon? "On va les mettre d'accord. Dimanche, c'est à nous de gagner!", a-t-elle continué à Rosporden, accusant Nicolas Sarkozy d'être le "candidat du Medef et du CAC 40".

Pendant toute la journée, avant un ultime "rassemblement populaire" en plein air à Brest où le PS table sur 20.000 personnes, Ségolène Royal a oscillé entre colère et légèreté.

"Bonjour, nous sommes là", lance-t-elle en faisant de grands signes de la main en direction d'un hélicoptère de la sécurité civile qui survole le village de Rosporden. "Mais oui nous sommes mobilisés, nous sommes là bien présents!".

Dans son équipe, les mines sont plus fermées, après la publication des derniers sondages la donnant battue.

A entendre la candidate appeler les Français à "rester debout", Jean-Louis Bianco réprime quelques larmes en haut des marches de l'ancienne mairie.

Les supporters bretons de Ségolène Royal, eux, ne veulent pas croire à la défaite.

Vendredi matin, Cécile, fonctionnaire à la retraite, a éteint sa radio, "révoltée" par la litanie des sondages et le "ton amusé" des présentateurs pour la déroute de Ségolène Royal serait "une affaire classée".

"Une telle avance (pour Sarkozy) ce n'est pas possible", estime Fabrice, militant de la LCR venu distribuer des tracts "anti-Sarko" sur le passage de la candidate socialiste. "Sarkozy a tout gangréné, même les instituts de sondages".

Ce qui a fait défaut à la candidate? "La solidarité", tranche Marcel, membre du service d'ordre. "Certaines personnes socialistes", comme Claude Allègre qui a multiplié les critiques sur Ségolène Royal, devraient "déchirer leur carte du parti".

Vendredi soir, la campagne socialiste se termine face à la rade de Brest. "Elle va voir le soleil se coucher sur l'Occident", philosophe le retraité.
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
boubou76120
Habitué(e)


Masculin
Nombre de messages : 164
Age : 29
Ville : LE GRAND QUEVILLY
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Ven 4 Mai - 20:02

Les derniers sondages donnet une très nette avance Nicolas Sarkozy. 54,5 % pour N. Sarkozy contre 45,5 pou S. Royal. Je ne sais pas si on doit se fier aux sondages mais là l'écart est assez important.

Je ne suis pas d'accord avec un certain nombre de propositions de Mme Royal mais pour autant je ne voterais jamais pour Nicolas Sarkozy. Celui-ci est un très bon démagogue (plus un mensonge est gros et détaillé, plus les gens y croient), ses chiffres sont faux (exemple flagrant : il annonce 3,7 M° de crimes et délits alors que l'OND lui dénonce près de 13 M° de crimes et délits commis en 2006), c'est un fin manipulateur (autre exemple son attitude très calme mercredi soir alors qu'il est tout autre dans ses meetings (agressif, incisif, populiste, etc... comme ça il fait passer Ségolène Royal pour une mégère)).

De même il est responsable de toute la politique qui a été menée quand il occupait ses fonctions ministerielles de ses 5 dernières années. Car le gouvernement est une équipe solidaire : ses décisions engagent tous ses membres, les actes d'un ministre engagent tout le gouvernement. D'ailleurs JP Chevènement a résumé ceci par la phrase "on ferme sa gueule ou on s'en va". Donc N. Sarkozy est co-responsable de tout.

Je pense que beaucoupo de ses électeurs se sont faits manipuler...J'ai lu cet après-midi à la médiathèque de Grand-Quevilly un article dans l'Humanité (du jeudi 3 mai) assez accablant.

Il dit incarner la droite républicaine, mais en réalité il s'agit d'une droite totalitaire. Je vous cite une phrase entendue dans ses meetings : "On va reformater les français." Qu'est-ce qu'il a entendu par là ? De même quand il dit que Mai 68 a été la révolte des plus aisés et que cela a nuit au travailleur ; il veut carrément modifier l'histoire en fonction de ce qui l'arrange.

C'est aussi un partisan de la discrimination positive, un communautariste convaincue. Par ces actes et ses paroles il ne fait que nous opposer les uns les autres...

Ce que je crains le plus c'est que s'il passe, cela va provoquer d'importantes manifestations. (certains personnes de quartiers sensibles commencent déjà à s'organiser, j'ai vu une affiche sur le boulevard Charles de Gaulle en face le lycée Elisa Lemmonier incitant carrément à la rébellion si'il gagnait, j'ai vraiment été etonné)

Enfin bon, résultat dimanche soir à 20h.
Revenir en haut Aller en bas
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Ven 4 Mai - 20:51

Devant mon lycée des tracts appelant au rassemblement ont été distribués hier, et aujourd'hui affichage du même trac appelant les gens à venir à 20h30 devant l'hôtel de ville...
Une seule phrase au dessus d'une photo de sarko grimaçant:
"Une dernière fête avant d'être remis au travail, envoyés en prison ou jetés dans un charter"

Ce trac n'est pas signé...
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Ven 4 Mai - 21:38

Ségolène Royal grisée par la foule à Brest

BREST - «Je suis sous euphorisant de la foule!» Pour son tout dernier meeting de la campagne en terre bretonne vendredi soir, Ségolène Royal a voulu «oublier» pour un temps «cette droite dure» pour «ne penser qu'à la France» et lui promettre d'être «une présidente protectrice».

«Je veux que ce soir nous puissions oublier cette droite dure et ne penser qu'à la France, parce qu'elle a besoin de nous, que les valeurs que nous défendons gagnent», a-t-elle glissé devant «10.000, 20.000 personnes», selon elle, massées sur la place de la Liberté à Brest (Finistère) devant le parvis de l'hôtel de ville, pour cet ultime «rassemblement de la victoire».

«La France a besoin d'harmonie, de paix, de générosité, j'allais presque dire, de gentillesse, de bienveillance, de tendresse. Elle en a tellement été privée au cours de ces dernières années que c'est cela que nous allons construire ensemble», a-t-elle promis, très «mère de la Nation». Et de promettre aux Français, le poing sur le ventre: «Je vais bien m'occuper de vous.»

Je serai une «présidente protectrice», «je veux que la France devienne plus heureuse», a-t-elle assuré, sous le regard bienveillant de Jane Birkin, venue la soutenir pour son dernier meeting. «Voilà le remède à l'inquiétude, à la menace, à la division et au conflit.»

Grave, la candidate socialiste s'est adressée à ses partisans pour leur demander de ne pas «relâcher l'effort». Avant le second tour dimanche, il reste «une journée plus encore une journée pour réfléchir, et il peut se passer beaucoup de choses par la réflexion, par la méditation. Il reste ce temps, ce temps précieux pour convaincre».

Venue l'épauler, l'ancienne candidate des Verts Dominique Voynet exhorte les Français à ne pas hésiter à choisir une femme pour l'Elysée. Et s'en prend à la droite: «Quand (Ségolène Royal) est calme, on la trouve niaise, quand elle est combative, on la dit agressive. J'en ai marre de ces relents machistes qui pourrissent la société française!»

Le regard perdu dans la foule, Ségolène Royal quitte à regret le pupitre. «Laissez-moi encore quelques instants profiter de ce bonheur incomparable, de ce trésor que vous m'apportez et que nous tenons chacun un peu entre nos mains. Ce trésor dans lequel est caché une immense espérance.» «Je suis sous euphorisant de la foule», glissait-elle peu après.

«C'était le discours de la tendresse ce soir, il fallait combattre jusqu'au bout», a-t-elle confié à la presse. «Je n'ai aucun regret. Tout peut arriver, tout est possible, comme dit l'autre», a-t-elle moqué, faisant allusion au slogan de Nicolas Sarkozy, «Ensemble, tout est possible». «Je suis bien, moi.»
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Ven 4 Mai - 21:41

Nicolas Sarkozy l'emporterait avec 55%, selon Ipsos-Dell

PARIS - Le candidat UMP Nicolas Sarkozy l'emporterait avec 55% (+1) des suffrages dimanche au second tour de la présidentielle, contre 45% (-1) pour sa rivale socialiste Ségolène Royal, selon le baromètre électoral quotidien d'Ipsos et Dell pour SFR et Le Point, rendu public vendredi en fin de soirée.

Le sondage a été réalisé par téléphone le 4 mai auprès de 992 personnes. Seize pour cent des personnes certaines d'aller voter n'ont pas exprimé d'intention de vote.

Dans l'électorat centriste de François Bayrou, 36% (+1 point) des électeurs reporteraient leurs voix sur Nicolas Sarkozy, et 35% sur la candidate socialiste (sans changement). Ils sont 29% (-1) qui s'abstiendraient ou n'expriment pas d'intention de vote.

Dans l'électorat de Jean-Marie Le Pen, 70% reporteraient leur bulletin de vote sur le candidat UMP (+12 points) et 9% (-5) sur Ségolène Royal.
========================================
Heureusement :) ...que les sondages se trompent à chaque fois... :)
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
FredHook
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4779
Age : 58
Ville : Sotteville lès Rouen (76) France
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   Ven 4 Mai - 21:44

ATTENTION:

A partir de vendredi 4 à 23h59, et ce, jusqu'au 6 mai à 20 heures :

Ce forum est gelé.

La publication de sondages est strictement interdite entre vendredi 4, 23h59 et dimanche. La publication de sondages ou de résultats, même partiels, même appelés « rumeurs », est strictement interdite par le code électoral.

Merci de votre compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
http://fredhook.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2ème tour Présidentielles   

Revenir en haut Aller en bas
 
2ème tour Présidentielles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [09] Ariège
» Tour du Roc. Granville (50).
» Mon (futur) tour de Normandie à vélo
» Tour de lit dangereux pour les nouveaux nés?
» Régionales 2ème tour.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RouenForum.com, le forum de toute l'agglo rouennaise! :: Discussions générales :: Discussions générales-
Sauter vers: